"HISTOIRES BONOISES" 3_

Publié le par Tous les enfants et amis de la Ménadia

Pour Gégé

 

A la chasse au sanglier

 

DIMANCHE qu’il est passé on s'a été à Oued-el-Aneb à la chasse au sanglier. Le rendez-vous il avait lieu le matin bonne heure, au café à Djir, à cinq heures. Augu il a fait rire le monde quand y s'est arrivé déguisé. On s'aurait dit Romanetti le bandit.

Il avait dessus la tête un vieux feutre ac lequel te passes l'essence, une capote de l'armée tout trouée pas par les balles ma par les mites, un patalon bleu et des guêtres américaines. A l'épaule y pendait un fusil à la broche qui tire les cartouches ac les clous.

Après s'avoir tapé un champoreau à l'anis, on Wa embarqué dans le camion à Farfatte et en avant seulement...

A sept heures on s'a arrêté à la bonne endroit un pays sauvage un tas. De la broussaille, des arbres d'olives et de glands.

Le chef des chasseurs y nous désigne un poste et ac Augu on se trouvait à côté tzur deux petites montagnes. Devant nous le marquis comme y dit Toussaint Tuttiquanti. Les chiens y avaient été lachés et les tracteurs laisse les qui crient pour faire ensauver le gibier. Tout à cour) les chiens y commencent à boyer et comme dans la chorale du Tiatre y avait les basses, les ténors et les barytons. La consigne, elle était de pas parler, de pas bouger et de pas fumer.

Je regardais Augu qui se tenait son « moukala » serré et y se prenait des positions qu'on s'aurait dit Biffalo-Bulle.

Les chiens se rapprochaient en zurlant davantage et les broussailles elles craquaient. Je sais pas si c'est le froid, ma je commençais à trembler.

Augu, comme dans la chanson, il était plus blanche que la blanchevermine.

Tout à coup, tout juste à 50 mètres devant mon copain, je me ois une tête, oh ! Saint Genare, priez pour nous, une tête énorme, toute noire ac des cornes blanches dans la bouche et des yeux comme les billes agathes et qui nous regardaient.

 Moi j’avais retrouvé le sang froid pourquoi dans le temps du Cirque Alonzo j'a rentré dans la cage des lions quand elle était vide, mais vous auriez vu Augu, y tremblait comme si on se lui avait mis le courant électrique dans le fusil. Le sanglier y souffle et y lève la tête. Augu y tire les deux coups en l’air, y se lache son arme et comme le chienpansé y se grimpe tzur l'arbre de glands en criant : “ Au secours, la somme de vos morts, je vas je meurs. Sainte Gustin prends pitié de ton fils ”.

Le sanglier il a éternué et tourné à côté. Reusement Farfatte qu'il est bon chasseur pourquoi son père il a saché ac Bombonel, d'un seul coup .d'une balle y se l'a étendu par terre.

La chasse elle était finie. Tous les chasseurs y regardaient la bête, sauf Augu qu’il était encore dans l’arbre.

Y tremblait tellement qui se faisait tomber par terre les lands. A force d'ansister, il a descendu tout plein de sueur comme s'il était ientré tout habillé dans un bain maure. Quelle honte, même les chiens y se le regardaient de traviolle et un petit basson y lui a même levé la patte tzur son patalon.

“ Je croyais jamais que c'était si gros et si méchant qui nous dit pour s'escuser et pis y fallait pas me mettre à l'endroit où y passait le sanglier dans la rascasse de vos os affogués. Challah qui vous vient le gobbe et l'oeil blanc, je rixe d'attraper une genisse d'la peur ”.

On se lui a fait boire un verre de rhum et peu à peu les coureurs y se lui sont revenues. A la macaronade de midi il a pas donné sa part aux chiens pourquoi il a un coup de forchette en première.

Au dessert y s'a rattrapé en nous poussant des estraits de Madame Butterfli et de Samson et Dalhia et Farfatte ac une cacavelle y se l'accompagnait en sordine.

La vérité et pour terminer c'est beau la chasse ma je préfère la pêche ,pourquoi à part les pourpres, te rixe pas de te trouver

les yeux dans les yeux ac un monstre et pis te peux varie r et fumer tranquille en attendant le poisson. 

  

Allez que nous s’en allons comme y dit Roujet et à la semaine prochaine.

 

  

 

 

 

 

 

Publié dans ARTICLES DIVERS

Commenter cet article

Tous les enfants et amis de la Ménadia 21/09/2010 14:22



Bonjour à tous.Quel plaisir de retrouver notre Blog ! Notre cher Gérard et ses écrits qui nous donnent le souvenir de "là-bas" avec tant de plaisir..."L'été s'en est allé,on a rangé les
vacances..."comme nous chantait notre chère"Brigitte"...Mais il serait bon que les amis se manifestent...Et que notre cher Blog palpite sous vos écrits...Et surtout qu'on rappelle tous à Anny
qu'on est avec elle et dailleurs je l'embrasse très fort de la part de tous...


Arlette.